Accueil > Engagement associatif > Buddy system réfugié/es > Nos Actions Politiques

Nos Actions Politiques

dimanche 29 avril 2018, par Adèle Diop, Kiminta Vernier, Lea Mannari

  • LES ETATS GÉNÉRAUX DES MIGRATIONS : PAROLES D’EXILÉS

Dans le cadre de la journée d’échanges et de réflexions inter-associations, nous avons mené avec Dominique Casari (à l’initiative de ce projet) l’atelier “Paroles d’exilés”. Cinq soudanais, un jeune mineur guinéen (Guinée Conakry) et un afghan ont travaillé avec nous toute la matinée : l’idée était de faire remonter des demandes concrètes de leur part en s’appuyant sur leurs expériences personnelles. L’après-midi, 3 Buddies ont présenté le résultat du travail effectué le matin aux représentants des 32 associations présentes à cet événement.
Il faut savoir que cet atelier et les 6 autres organisés ce jour là ont permis la rédaction d’une lettre collective, envoyée aux dépositaires du pouvoir législatif, s’opposant à la loi Asile-immigration et appelant au développement d’une politique migratoire humaine.

  • MANIFESTATION EN SOUTIEN AUX MINEURS ISOLES (Article de Centre presse)

Ils manifestent pour les migrants dans les rues de Poitiers

Plus d’une centaine d’étudiants et de représentants d’associations ont défilé dans les rues de Poitiers ce jeudi après-midi. Pour revendiquer un toit pour les mineurs isolés et des conditions d’accueil décentes pour les migrants.
Ses grands parents ont fuit l’Italie fasciste dans les années 1920 pour se réfugier en France. Cet après-midi, elle a pris la parole pour appeler les Poitevins à se mobiliser auprès des migrants hébergés "dans des conditions inhumaines" dans l’ancien hôtel Formule 1 au sud de Poitiers. Se mobiliser aussi pour venir en aide "aux vingt mineurs isolés" qui chaque nuit dorment dehors dans les rues de Poitiers.
La manifestation a été initiée par "Buddy System Réfugiés", une association constituée par trois étudiantes en fac de Lettres de l’Université de Poitiers. Avec le soutien d’Amnesty International, de la Cimade et de l’association locale "Mine de Rien". Avec aussi le concours d’"Une nuit au chaud", une page Facebook qui se fait le relais d’offres de logement auprès de migrants.
Après une prise de parole devant la préfecture, les manifestants - plus d’une centaine - principalement des étudiants ont défilé dans les rues de Poitiers. Après avoir reçu le soutien d’Yves Jean, le président de l’Université qui a participé à la manifestation sur une partie de son itinéraire.

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Couverture de "La femme qui tremble : une histoire de mes nerfs", (...) Un cursus novateur et avantageux Robert Heinlein Une conférence à l'IFT

Visiteurs connectés : 2