Accueil > La formation > Séjour d’études à l’étranger > Un jour à Helsinki - Le Finlandais

Un jour à Helsinki - Le Finlandais

Tentative de portrait d’un specimen bien singulier

mercredi 3 mai 2017, par Julia Vandal

LE FINLANDAIS

Le Finlandais vit dans un environnent froid, voire très froid. Un Finlandais sur trois vit en zone urbaine, le reste de ses congénères peuplent les plaines enneigées.

Le Finlandais parle finnois ou suédois, et très souvent anglais, ce qui fait de lui un individu aux points de vue pluriels.

Le Finlandais est grand, majoritairement blanc et a la chevelure blonde. Ou bleue. Ou brune, ou rousse, ou en crêtes rouges. Le blond reste néanmoins dominant.

Le Finlandais n’a pas peur du froid, c’est son climat naturel. La femme finlandaise peut par exemple se balader jambes nues lorsqu’il fait -5, tandis que l’homme finlandais peut porter un simple veston en soie pour une ballade en forêt. Il arrive aussi au Finlandais de courir dans la neige, alcoolisé certes, mais surtout nu, lorsqu’il sort du sauna.

Le Finlandais aime le Français. Quand il en rencontre un, il lui demande par exemple s’il veut coucher avec lui, ce soir, ou lui chante l’hymne à l’amour en lui tenant la main, dans un bar à 2h du matin. Les Finlandais plus âgés qui sont professeurs sont de fervents admirateurs de la culture française et soignent leur accent lorsqu’ils prononcent « Jan Bol Sôrtre »

Parfois le Finlandais est un Sami. On l’appelle Finlandais mais en vérité, il fait partie du plus grand groupe indigène d’Europe (le seul officiel d’ailleurs). Lorsque des touristes approchent, le Sami revêt sa tenue traditionnelle aux couleurs vives et parle des bois de rennes, par exemple.

Le Finlandais aime faire la fête le weekend. Il boit alors beaucoup d’alcool. Beaucoup. En fait, le Finlandais a un problème avec l’alcool. Un sacré problème, même, au point que ce dernier soit l’une des premières causes de mortalité en Finlande.

En revanche, si le Finlandais veut fumer du cannabis, il doit être persévérant. Les dealers n’appréciant pas tellement l’attente dans le froid de la rue et le gramme se vendant à pas moins de 20 euros, le Finlandais fume peu. En plus, se faire prendre en train de fumer un pétard conduit souvent directement en garde à vue.

Parfois, et comme dans beaucoup d’autres contrées, le Finlandais clame dans les tunnels de métro que Jésus va revenir incessamment sous peu. Ce Finlandais prévoit alors des versions françaises de ses documents ecclésiastiques et peut vous poursuivre dans le métro en agitant son précieux papier et en s’époumonant « J’ai français, j’ai français ! »

Lorsqu’un Finlandais en bouscule un autre, personne ne s’excuse. En effet, le Finlandais est impassible. Ce n’est pas qu’il n’a pas de sentiments, c’est juste sa manière d’être. A quoi pense le Finlandais ?

En revanche, le Finlandais est très disponible pour aider. Demander son chemin à un Finlandais, c’est se faire guider pendant 5 minutes jusqu’à sa destination, même si ce dernier était occupé à une toute autre activité.

Somme toute, le Finlandais est un glaçon : malgré sa façade froide, il se fond dans la chaleur humaine.

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Le Baron Puencarral dans son bureau (Acte III) Mikoïan, Khrouchtchev, Staline, Malenkov, Beria et Molotov Source : arrêt sur images Le stage obligatoire Le Sénat canadien

Visiteurs connectés : 4