Accueil > Critiques > Réflexions libres > Whirpool : l’arbre qui cache la forêt

Whirpool : l’arbre qui cache la forêt

lundi 1er mai 2017, par Rémi Humbert

Le dimanche 7 mai les Français et les Françaises vont élire leur nouveau président. Les résultats du 1er tour ont désigné Marine Le Pen candidate du Front national et Emmanuel Macron candidat d’En Marche. Deux projets, deux visions, deux candidats, mais un même emploi du temps. C’est ce que nous avons pu voir le 26 avril 2017 à l’usine Whirpool d’Amiens. Cette usine américaine qui fabrique des produits électroménagers et plus particulièrement des sèche-linges est menacée de fermeture. En effet la maison mère américaine a décidé de délocaliser l’usine en Pologne en le justifiant par la nécessité de sauvegarder sa compétitivité dans une phase économique de plus en plus concurrentielle. Seulement l’année 2016 a été particulièrement fructueuse pour Whirpool qui a vu ses bénéfices augmenter, pour atteindre plus de 888 millions de dollars. Dans un contexte social et économique particulièrement tendu les deux candidats ont décidés de dédier le second jour de leur campagne à la visite de l’usine d’Amiens. Il y a eu tout d’abord la visite d’Emmanuel Macron qui a rencontré les représentants syndicaux de l’usine puis, sentant que l’opportunité de bonifier son image et d’apparaitre plus proche des ouvriers, Marine Le Pen s’est rendu directement à l’usine. Sentant que le coup de communication de Marine Le Pen allait lui causer des torts Emmanuel Macron a décidé d’aller lui aussi à leur rencontre. Le sujet de cet article n’est pas de comprendre qui a le mieux répondu aux attentes des ouvriers ou qui a gagné la bataille médiatique du jour comme le font quasiment l’ensemble des médias en ce moment. Non, je veux discuter avec vous de ces usines inconnues du grand public, dont personnes ne parle au JT de 20 heures qui se sont retrouvés dans la même situation que l’usine Whirpool d’Amiens.
Alstom, ancien fleuron de l’Energie française a été racheté par General Electrics depuis peu. En janvier dernier, le groupe américain annonçait qu’il allait supprimer 765 postes en France dans les deux prochaines années. Mim est une entreprise de mode à petit prix qui fait vivre 1400 salariés. Alors que l’entreprise comptait pas moins de 150 boutiques le tribunal de commerce a décidé de placer l’enseigne en liquidation judiciaire ce qui conduira à la suppression de plus de 600 emplois. Verbaudet produit essentiellement des vêtements pour enfants. En avril dernier le siège de l’entreprise annonçait plus de 44 suppressions de postes. Le géant Turc Ohan (constructeur automobile) dont la filiale française est Nobel Plastiques a décidé de supprimer plus de 120 postes en France sur 280 que comptait l’usine de Vitry le François dans la Marne.
Sans être alarmiste, cet article vise à montrer que le cas de Whirpool n’est pas isolé. Il est le symbole de ces entreprises, filiales,… qui aujourd’hui font parler d’elle non pas pour la qualité du travail réalisée par ses employés ou ses dirigeants, mais bien parce qu’elles subissent de plus en plus des plans sociaux toujours plus ravageurs pour les salariés.

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Affiche du film Régions du Canada L'appartement de la famille Gédouard (Acte I)

Visiteurs connectés : 1