Accueil > Créations littéraires > Travaux d’écriture avec Pierre Martin > Critique gastronomique

Critique gastronomique

Texte réalisé durant la 1ère année de notre formation durant le cours de "techniques d’écriture" de Pierre Martin.

samedi 11 février 2017, par Louis Padovani

Consigne :
• 1 : Inventer, imaginer un repas avec 3 mets.
• 2 : Mais les 3 plats doivent consister en 3 phrases.
• 3 : La description doit être péjorative. Le lecteur doit avoir le sentiment que l’objet est tout à fait répugnant mais sans jamais utiliser les mots « répugnants » ou « dégoûtants ». Donc il faut travailler sur des procédés péjoratifs.
• 4 : Il faut décrire un objet représentable (image, goût, odeur).
• 5 : À aucun moment l’objet doit être nommé.
• 6 : La description est à la 3ème personne du singulier avec le temps de passé..

Après une longue hésitation, le couple décida de rentrer dans le restaurant. Ils s’installèrent à la table située à côté de l’entrée. Peu de temps après s’être assise, la jeune femme se dirigea vers le fond de la salle pour aller aux toilettes. Son amant resta seul et son attention fut captée par son voisin qu’on était en train de servir. Il observa la scène.

Le serveur apporta l’entrée au vieillard et semblait s’être débarrassé de ses mucosités ; devant lui se dressait une morve bien verdâtre et visqueuse que, semblait-il, on avait essayé de dissimuler dans une barque granitique incrustée de cristaux de quartz, de feldspaths et de micas ; lorsqu’il avala le mélange à la fois solide et liquide, il sentit encore les gesticulations de l’animal, sûrement à cause de l’acidité et la froideur qu’il produisait. Après avoir mangé cette entrée peu réjouissante, il s’attaqua au plat ; c’était un bout de caoutchouc baveux qui ressemblait à un organe charnu et mobile sur lequel on pouvait apercevoir des points blanchâtres ; à sa droite, baignait dans une soucoupe un jus de chaussette répugnant d’une couleur quelconque et dont l’odeur envahissait la salle. L’homme en était désormais au stade du dessert ; on lui apporta un ramequin transparent qui faisait contraste avec la couleur de cet entremet qui ne pouvait qu’inspirer le dégoût ; la substance était de couleur marron et ressemblait à un mélange de terre et d’eau pas vraiment appétissant ; sur cette boue, on avait disposé quelques résidus de bois plus foncés que l’ancien s’empressa d’ôter avec ses doigts.

Cette bouillasse pour enfant confectionnée par temps pluvieux, c’était de la mousse au chocolat avec ses copeaux de chocolat noir, ce morceau de chair grisâtre, c’était une langue de bœuf accompagnée d’une sauce poivre, le demi-caillou coupé en deux dans lequel on avait mélangé peinture et cracha, c’était une huître, et le vieillard qui dégustait, au deux sens du terme, c’était un critique culinaire renommé.

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Emiliano Zapata Qui sommes-nous ? Multiculturalisme - Différence et démocratie Charles Taylor

Visiteurs connectés : 3