Accueil > Créations littéraires > Improvisations libres > Esprits en Liberté

Esprits en Liberté

Premier prix des Terminales des Lycées Français de l’étranger au Concours Poésie en Liberté - 2013

mardi 15 décembre 2015, par EmmaL

ESPRITS EN LIBERTÉ

Explosion. Encore et encore. Explosion par-ci, explosion par-là. Explosion à gauche, à droite, en haut, en bas. Partout.
Les ondes puissantes viennent se fracasser contre les murs, faisant vibrer le sol, se fissurer le plafond. Tout mon corps tremble à chaque nouvelle secousse semblant vouloir, lui aussi, éclater, se répandre en morceaux, détonner, exploser.
Le ciel est en feu, marqué au fer rouge malgré la noirceur de la nuit passée qui s’estompe peu à peu ; des nuages de fumée ocre et sanguinaire s’éparpillent en volutes compactes, asphyxiantes.
Dehors, c’est tempête, ruine, mort, guerre.

Dedans, c’est différent.

La classe est calme. Elle veut oublier.
Oublier ce qui se passe dehors, ne plus penser au tumulte, à la terreur, à la peur qu’une déflagration vienne priver quelqu’un de son souffle. Tant de gens souffrent, meurent, tuent. Mais nous, quand nous sommes ici, avec Lui, tout le dehors, tout le passé, toutes les horribles heures qui se sont écoulées s’estompent. Nous nous enfuyons de ce bâtiment livide, de cette ville fantôme, de ce pays meurtri ; nous partons nous cacher dans Son monde.
Sans Lui, le présent, les explosions, la mort et la guerre nous rattraperaient. Et alors … alors je crois que nous serions comme les autres. Nous deviendrions les esclaves des malentendus entre les Grands Hommes. Nous serions condamnés à subir, comme tout le monde, comme nos parents et nos proches, nous serions condamnés à subir la colère de ceux qui n’arrivent pas à s’entendre. Nous nous transformerions en victimes de tirs ou en pantins de combat, en meurtriers.
Moi, je ne veux pas. Je ne veux pas mourir le cœur troué d’une balle perdue ; je ne veux pas m’éparpiller en lambeaux de chair, explosé par une bombe ; je ne veux pas me terrer à jamais dans des abris de fortune ; et je veux encore moins devenir un tueur. Je ne veux pas. C’est pour ça que je suis là, dans Sa classe.
C’est grâce à Lui que nous avons le droit des rester des enfants, naïfs et rêveurs, malgré dehors. C’est grâce à Lui, grâce à ce professeur rescapé, que nous pouvons découvrir les merveilles d’un autre monde, bien éloigné de celui-ci.
C’est lui qui nous évade dans les grands classiques, dans le théâtre, dans les poèmes. C’est Lui qui nous fais espérer, qui brise les chaînes invisibles qui retiennent nos esprits.

Et, plongés dans la beauté des vers, dans la mélodie des rimes, et dans la douce légèreté des mots, nous nous envolons.
Nous retrouvons notre Liberté.

Voir en ligne : Site de Poésie en Liberté

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Le stage obligatoire Logo Photo du film La cerise sur le béton Illustration du multiculturalisme Prototype de salle de rédaction du futur Charles Taylor

Visiteurs connectés : 3