Accueil > Critiques > Critiques essais > Contre les élections

Contre les élections

de David Van Reybrouck

vendredi 12 février 2016, par Chloé Provost , Lise Charles

Contre les élections de David Van Reybrouck

L’écrivain David Van Reybrouck (Bruges, 1971) est l’un des auteurs marquants de sa génération. Il a étudié l’archéologie et la philosophie aux universités de Louvain et de Cambridge, et obtenu son doctorat à l’université de Leyde.
Fouiller dans le passé, réfléchir et analyser : cette démarche constitue encore l’essence de son œuvre. Des investigations poussées (basées sur des entretiens ou sur des documents d’archives) nourrissent ses récits et jouent un rôle décisif dans la forme qu’ils prendront. Son art narratif est aussi plurivalent qu’il est inventif.

 Introduction

Le vote est aujourd’hui une des rares activités de participation politique qui concerne la majorité des citoyens. Considéré comme le meilleur moyen de mettre en place et de garantir la démocratie, le processus de démocratisation d’un pays passe essentiellement par l’extension des élections libres. Ainsi, la jeunesse arabe s’est récemment battue pour pouvoir accéder aux urnes et contredire ce totalitarisme qui les empêchait de s’exprimer. Par conséquent, chaque personnalité politique qui contesterait ou remettrait en cause le principe des élections se verrait tacler d’antidémocratisme ou d’autoritarisme.

Cependant, malgré son titre polémique, le court essai de David Van Reybrouck est loin d’être un réquisitoire contre la démocratie et la participation citoyenne dans le processus de décision politique. Cet écrivain belge, ayant étudié l’histoire culturelle et l’archéologie, voue au contraire un très fort intérêt pour ce régime politique et ses différentes mises en application si bien qu’il fait partie des auteurs centraux qui s’interrogent sur le sujet. En ce sens, il nous offre dans Contre les élections publié en février 2014, une analyse scientifique de l’état de notre démocratie contemporaine à travers une perspective historique et sociale. Riche de nombreux graphiques ou tableaux explicatifs, il décrit l’évolution des systèmes politiques démocratiques de la cité d’Athènes aux nouvelles démocraties qui s’installent partout dans le monde en passant par les révolutions américaines et françaises. Cependant, si David Van Reybrouck se définit lui-même comme un fervent démocrate, il remet fortement en cause le processus électif qui s’impose dans chaque pays qui souhaite effectuer sa transition politique. Loin de critiquer toute institution élue, il questionne le statut unique que l’on attribue au vote et déplore la restriction de la participation citoyenne aux élections. Fort de cette constatation, David Van Reybrouck a participé à différentes initiatives belges ou internationales comme le G1000 qui favorisaient la démocratie délibérative et la mobilisation citoyenne dans la sphère politique. Cet écrit, traduit ici sous la plume d’Isabelle Rosselin et Philippe Noble, analyse dans une perspective scientifique voire médicale les différents dispositifs qui furent mis en place pour garantir au mieux l’existence d’une société démocratique où l’égalité d’accès aux droits et libertés fondamentaux et la participation citoyenne sont centrales.

titre documents joints

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Régions du Canada Edgard devant le Bal des 9 Muses (Acte II) Les SPartiates lors du pot de départ à l'université Michel Foucault Le Sénat canadien

Visiteurs connectés : 8