Accueil > Actualités > Productions > Fiches de lectures > Violence et ordre social sexué

Violence et ordre social sexué

Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question

vendredi 20 mars 2015, par Louise Migné

Marylène Lieber est sociologue, chercheuse à l’université de Neuchâtel, en Suisse, et chercheuse associée au Centre d’études français sur la Chine contemporaine (CEFC) à Hong Kong.

L’ouvrage qui fait l’objet de cette étude s’intitule Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question. Il a été publié dans les Presses de Sciences-Po "Académiques", à Paris en 2008. Au cours de cette étude, sera étudié plus précisément le chapitre 7 "Violences et ordre social sexué" de l’ouvrage.

Résumé :

En quoi est-ce que les formes des violences actuelles contre les femmes dans l’espace public représentent-elles un des mécanismes sociaux modernes de réactualisation de la domination masculine ? C’est ce que Marylène Lieber s’attache à démontrer à travers ce chapitre.

L’espace public est un des lieux de la domination des hommes sur les femmes. La sphère publique est un espace historiquement exclusivement réservé au masculin. Cette tradition du féminin restreint à la sphère domestique, bien qu’elle fût considérablement atténuée depuis le XXe siècle, existe toujours implicitement, puisque les femmes qui sortent doivent régulièrement faire face à des interpellations ou des menaces d’ordre sexué et souvent sexuel, d’abord parce qu’elles pénètrent un territoire traditionnellement masculin, et ensuite parce qu’elles sont des proies sujettes à une appropriation du fait de leur infériorité. Si aujourd’hui une des normes masculines est la maîtrise de soi, elle est cependant longtemps restée celle de la violence. Ainsi, l’espace public apparaît comme un terrain propice à l’exercice de la domination masculine, notamment par le biais de l’agression sexuelle. Ces menaces constantes dans l’espace public peuvent donc d’abord être expliquées par l’historicité de l’espace public et de la masculinité.

Mais cette vision de l’espace public ne peut pas être expliquée uniquement par ces états de faits historiques lointains dans une société actuelle où les femmes sont présentes dans l’espace public et où la domination masculine a évolué : celle-ci a pris une autre forme plus complexe. Marylène Lieber parle d’une "façon subtile dont les rapports sociaux de sexe se réactualisent". Or, la "peur sexuée" des femmes dans l’espace public est un modèle frappant de cette recomposition furtive et invisibilisée.

titre documents joints

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Milan École et éducation nouvelle Tommy Douglas

Visiteurs connectés : 2