Accueil > La une > Plagiat - petit inventaire.

Plagiat - petit inventaire.

vendredi 31 mars 2017, par Martin Rass

  Sommaire  

 Copier coller

Pendant un cours l’autre jour, j’ai été amené à aborder la question du plagiat, en résumant qu’il me paraissait essentiel de respecter le travail des autres et de citer ses sources du moment où il était aisé de le faire. Car tout le monde s’est déjà trouvé devant un contenu où il avait du mal à remonter à l’original [1]. Citer un article wikipedia pourrait passer si on ne trouvait pas mieux, mais en principe il fallait le considérer comme un départ de sa recherche et non comme son accomplissement. Toutefois on peut constater que l’activité du plagiat va en croissant et les étudiants sont souvent les plus faciles à blâmer, ce qui n’est pas pour autant une excuse du plagiat : puis que tout le monde le fait, pourquoi pas moi. Nous avions arrêté la discussion à ce moment là à et j"avais juste cité quelques exemples pour que les étudiants en face pourraient aller se renseigner plus en profondeur. Les voici regroupés et augmentés [2] et assortis de quelques réflexions supplémentaires, de loin non exhaustives.
Dès qu’on commence à s’intéresser de plus près à ce phénomène, on se rend compte de son ampleur. Jean-Noël Darde, maître de conférences à l’Université Paris 8 (Sciences de l’information et de la communication) se penche depuis quelques années maintenant sur le problème et son évolution et en rend régulièrement compte dans son Archéologie du "copier-coller". Depuis ses débuts sa vision du problème a aussi évolué : en 2010 il écrivait encore que les universitaires tolérants ou passifs face au plagiat de leurs ouailles étaient ceux qui plagiaient eux-mêmes, ce qui n’était pas le cas de ceux qui étaient intolérants à toutes les formes de plagiat et n’hésitaient pas d’entamer des actions d’annulation de thèses si le plagiat était avéré. [3] La différenciation n’est peut-être pas aussi simple.
Il se dit aussi clairement opposé à l’usage systématique des logiciels anti-plagiat, qui primo peuvent être facilement déjoués par les connaisseurs (c’est un peu comme les pirates qui ont toujours un train d’avance aux anti-virus et autre vérrouilleurs) et deuxio ne prouvent que l’absence d’une lecture patiente des ouvrages, articles, thèses soumises, ce qui reste d’après Jean-Noël Darde le moyen le plus approprié pour détecter des plagiats, mais aussi pour reconnaître la valeur scientifique d’un travail, pourrait-on rajouter.

Voir en ligne : LA DIRECTRICE DE L’ÉCOLE DE JOURNALISME DE SCIENCES PO, SERIAL COPIEUSE

Notes

[1ex. les biographies d’auteurs, recopiées les unes sur les autres

[2j’ai découvert le cas de la directrice de l’école du journalisme de science po ce matin

[3cf une première version du site sous forme de blog, le paragraphe - Tolérance au plagiat

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Drapeau du Canada Source : arrêt sur images Parlement du Canada

Visiteurs connectés : 1