Accueil > Actualités > Productions > Fiches de lectures > Cité de Vérité, de James Morrow

Cité de Vérité, de James Morrow

jeudi 14 août 2014, par Eva Rochette, Léna Grelet

  Sommaire  

  L’auteur

James Morrow, écrivain américain contemporain, écrit « Cité de Vérité  » en 1998. Déjà reconnu par le grand public et particulièrement apprécié par les amateurs de Science-Fiction avec « Le vin de la violence » ou « L’Arbre à Rêve », son dernier ouvrage lui a permis de se distinguer grâce au Prix Nébula, qui récompense les grands auteurs de Sciences-Fiction.
Inspiré par les philosophes des lumières ou par des auteurs du XXème siècle tels que Georges Orwell, James Morrow propose un regard très critique sur nos sociétés en inscrivant ses personnages dans un cadre imaginaire et poussant à l’extrême certaines de nos tendances et pratiques sociales.

 Résumé

La cité de vérité relate le parcours d’un Veratsien, habitant de la cité dystopique « Veritas » où le mensonge est devenu physiquement impossible. Jack Perry, le héros, est au début de l’oeuvre un citoyen docile, qui exerce le métier de critique d’art, et doit déconstruire les grandes oeuvres d’art de l’humanité qui ont fait les années noires de l’Ere des mensonges. Le récit s’attache à suivre l’évolution de ce personnage qui, après avoir appris que son fils était atteint d’une maladie incurable, devient progressivement un dissident et rejoint les dissimulateurs de Satirev. Cette cité, qui est l’envers de Véritas, permet aux rebelles de savoir mentir et donc de réintégrer la société officielle en dissimulant cette capacité de ne pas dire la vérité. Remettant en question la place de la responsabilité individuelle face à l’autorité morale exercée par l’Etat et la société, Cité de Vérité offre une vision extrême de la manipulation, qui au nom de la sécurité et de l’ordre, est utilisée en reniant l’humanité et la capacité créative des civilisations.

Il s’agira de s’interroger sur les critiques de fond proposées par l’auteur sur nos sociétés modernes, en soulignant les choix narratifs précis, afin de montrer que par sa forme et son style, Cité de Vérité n’est pas qu’une oeuvre de Science-Fiction mais une dystopie empruntant certains codes du conte philosophique et usant de la satyre, nous proposant de réfléchir sur le sens du « politiquement correct » et des libertés individuelles face aux règles sociales.

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Photo du film Stages Mathieu Lindon Milan Lindsay Waters

Visiteurs connectés : 9