Accueil > Conférences > Les stratégies du smart power américain

Les stratégies du smart power américain

Redéfinir le leadership dans un monde post-américain

mercredi 27 novembre 2013, par Lina Maret

Table ronde autour de l’ouvrage de Daniel Serwer Righting the Balance.

Justin Vaisse, Directeur du Centre d’Analyse, de Prévision et de Stratégie, MAE
Daniel Serwer, School of Advanced International Studies, Johns Hopkins University, Washington DC, Etats-Unis
Pierre Melandri, Professeur Sciences-PO Paris
Pierre Hassner, Professeur émérite Sciences-PO CERI

Introduction de Justin Vaisse : Il existe une tension (visible dans le programme du colloque) entre les outils de la puissance, le développement de la diplomatie publique & de la diplomatie digitale, la volonté de changer l’image des USA et le fond : réorienter la puissance américaine. « La forme c’est le fond qui remonte à la surface » au-delà des nouvelles formes d’intervention, question de la diplomatie générale, de la grande stratégie américaine.

Daniel Serwer : Former Foreign Service Officer (FSO, diplomat).

Since 2008, the French national security establishment has focused on 5 functions : knowledge & anticipation, prevention, dissuasion, protection & intervention. How to get these things done ? But national security is not the exclusive preserve of the defense ministry. Goes without saying for knowledge, anticipation, prevention, but also true for dissuasion, protection & intervention. Americans react much more often with civilian tools than with military tools (economic sanctions have become much more common than military intervention). No more exclusive military intervention, now profound political dimension. The lesson is that military effort should be in support to political solutions, not the other way around. Military forces have been deployed in conflict zones every single year since 1989, big change for the previous period. But rebuilding requires a multifaceted effort for which the civilian servants are still ill equipped. The requirements of civilian power are well outlined in Hilary Clinton’s QDDR (Quadrennial Diplomacy & Development Review, 2010), a very intelligent layout of the complex environment the US face, and the need to respond to it with all the many aspects of national power, civilian as well as military. It argues for more coordinated and flexible responses to a wide range of contingencies in a highly uncertain world. Argues against a grand strategy, which would be inappropriate to the fluid and uncertain situation the US finds itself in. How can the US implement the QDDR ? Can they implement the civilian responses quickly & more effectively than in the past ? Can they coordinate the actions of the civilians (diplomats…) and the military ? Can the governmental and non-governmental organizations cooperate effectively ? Short answer : yes, there has been some progress. Long answer : no, the progress made is far from adequate to meet the requirements. If anything, the US is falling further behind what is really needed, despite some impressive efforts to keep up. They are aiming at a moving target, not a fixed one.
On the positive side, the US has now a bureau in the estate dept. concerned with reconstruction and stabilization operations, especially useful in Syria (assistance to the political opposition) and in Burma (demining operations). A lot of civil servants have worked in Afghanistan, closely with military forces. The US has a defense dept. that understands it needs civilian help and has opened up a lot to receiving it, including by establishing its own civilian expeditionary workforce.
But none of this is adequate. The QDDR may have been intellectually correct, but it was bureaucratically inept. They can hire people more rapidly to meet their needs in workforce, but lack trained civilians that would work closely who would work closely with the military. The practical effect is clear : if there were a need for a quick political response (political solution in Syria tomorrow), the state dept. would have trouble meeting the requirements for an adequate answer, although the defense ministry would be more able to do that than the state dept., because it does have a core of employees trained, equipped and prepared. Most equipped personal would likely be for treasury and justice, highly effective in helping stabilize macro eco environments and beginning solving legal situations. But that was also true 20 years ago… State building is a very important aspect of diplomacy, but the US is not better at it than it was 20 years ago.
USA is not in better shape, has doubled its efforts to operate more closely with US military, but other priorities, which means a lower budget for diplomatic & civilian effort. How should smart power react to restrained resources ?
Shift towards prevention, be anticipatory. But the diplomatic establishment is not designed to be anticipatory, the system has not changed since the 19th century, it is not taking the changes in the world in consideration. There is a great need for more clarity and coherence. Non-governmental intervention is sometimes more effective than diplomatic action : serious restructuration, shift resources to non-governmental initiatives needed. Restructuration of resources, burden sharing, NGO effort.

Pierre Hassner :

Allier force & ruse est la base du smart power. Les USA ont été accusés d’intervenir militairement trop souvent, et plus récemment les militaires voient leur rôle se transformer, ils sont moins dans la destruction/ l’attaque et plus dans la protection des populations civiles.
Obama est cosmopolite & international, il est porté d’instinct vers le smart power. Il veut réorienter l’Amérique vers le « nation building », mais doit déterminer la priorité entre valeurs et intérêts (liberté & sécurité). Constant tension in the American diplomacy, but security always takes first place, it is more urgent. In Egypt, the priority was given to security (make sure Egypt respects the peace treaty with Israel) over the freedom of the Egyptian people.
The dysfunction in the Italian government is highly due to USA effort to keep communists out of the government after the war.
Smart power depends on the circumstances, on the president… But the traditional American position is to resist nation building. George W. Bush failed at nation building and created a nation building core of American foreign policy that the Obama administration dismantled. The US doesn’t protect a nation without intervening in its government.
The “sticky power” is not fire & forget. The intervention is complex.
La question Israelo Palestinienne était une priorité au début de l’administration Obama. 2010 : Friedman, la résolution du conflit est une priorité pour les Américains, mais n’est pas une question sérieuse pour les Israélites. Question sérieuse mais pas désespérée VS question désespérée mais pas sérieuse.
En Irak ou Afghanistan, l’intervention est finie/ se termine, mais le state building n’est pas encore maîtrisé, il n’a pas été mis en place correctement et va échapper aux USA.
Aujourd’hui, les fonctions militaires et civiles ont tendance à se croiser dans les zones de conflit.
La stratégie américaine est basée sur la « new triade » : les forces spéciales, les drones et la cyber guerre, qui permettent des résultats ciblés, mais pas la reconstruction.
Comment faire un usage « smart » de la puissance ? Quelles sont les dimensions de la puissance et quelles sont leurs interactions ? Attention, ce n’est pas une addition simple de soft et hard power !
« Il vaut mieux avoir de la vertu militaire qu’être riche » Cette citation de Machiavel est-elle encore valable aujourd’hui ? Question de l’économie intérieure de la puissance.

Pierre Melandri :

Pourquoi voit-on le smart power se développer aujourd’hui ? « Idiot power » avant ?
1er mandat de Bush : illustration du dumb power
Conviction croissante que les fractures du XXe siècle se télescopent au XXIe siècle. La carte géopolitique n’est plus duale mais nuancée. Les USA sont devenus des « friennemies », illustre la dimension duale des relations internationales.
Obama utilise le smart power, mais sait qu’il faut faire plus avec moins (cf intervention de Daniel Serwer). Le monde distribue les cartes, le président joue avec du mieux qu’il peut. Les ressources économiques sont très limitées depuis la crise, et les guérillas saignent les USA à blanc, pendant que le modèle économique capitaliste a largement perdu de sa crédibilité.
A lost power ? Obama est confronté à une crise des moyens et une érosion de la volonté politique (On assiste à des pulsions isolationnistes des américains, entre 42 et 49% des américains veulent s’occuper des affaires nationales avant l’international). Créé une paralysie des institutions politiques. Concrétise l’adage « Quand on n’a pas de pétrole il faut avoir des idées » (France 70’s), faire plus avec moins.
OTAN 2012, smart defense initiative, utilisation de moyens militaires plus subtils.
Hilary Clinton : nous ne vivons plus dans un monde multipolaire, mais dans un monde multipartenaire. Refus de l’esprit de doctrine qui avait sclérosé les USA pendant le premier mandat de Bush. Au début de l’administration Obama : investissement énorme dans l’armée, mais glissement subtil de la stratégie, avec le retrait programmé des troupes et l’utilisation de drones. Quête d’inventivité et d’ingéniosité.
Obstacles face au smart power des USA :

  • Comment rester smart face aux idiots ? Smart power handicapé par des problèmes intérieurs, empêchent le président de mener son travail au mieux.
  • Comment être smart face à la dette ? Le budget du développement à l’étranger a été diminué de 6% à cause de la crise.
  • Comment être smart quand la situation est absurde ? Syrie : louvoyer entre régime tyrannique & montée des islamistes. Egypte : les USA sont accusés d’avoir soutenu les frères musulmans et le régime.
  • Quête d’informations nécessaires pour rester smart
  • Est-ce-que être smart suffit ? Paul Volker : non. McNamara : était smart mais a échoué au Vietnam.

La politique d’Obama a réussi au moins pour son premier mandat : il a été réélu, et sa politique étrangère n’est pas devenue un obstacle à sa politique intérieure.
« You can always count on America to do the right thing after they’ve tried everything else” Churchill
La diplomatie américaine n’a pas les moyens de faire pression sur les israélites. Obama a mal évalué sa position dans le bras de fer avec Netanyahou, il s’est cru dans la même position que Clinton dans les années 80. Il n’a pas fait d’effort envers l’opinion publique israélienne.
« Your odds of being stroke by lightning are higher than your odds of being killed by a terrorist in the USA.”
Tentative d’Obama : changer l’image des USA, mais se révèle difficile avec la cyber guerre (NSA), les drones etc.

Voir en ligne : Pour (re)voir la conférence

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Pierre Trudeau Edgard devant le Bal des 9 Muses (Acte II) Michel Foucault Charles Taylor Paul Hansen, “Un enterrement à Gaza”, 2012, 1er prix World Press Photo (...)

Visiteurs connectés : 0