Accueil > Critiques > Critiques essais > Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche

Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche

Yves CITTON

vendredi 13 décembre 2013, par Audrey Pottier, Laetitia Lantz

  Sommaire  

 
 
 
 

 

Professeur de littérature à l’université de Grenoble 3 Stendhal, Yves Citton est également membre de l’Unité Mixte de Recherche (UMR) LIRE. Il fait également partie du collectif de rédaction de la revue Multitudes et il collabore souvent à La Revue Internationale des Livres et des Idées. Son ouvrage Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche a été publié en 2010 aux éditions Amsterdam chez lesquelles il avait auparavant publié : L’envers de la liberté. L’invention d’un imaginaire spinoziste dans la France des Lumières en 2006 et Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? en 2007.

 

  Introduction

Dans Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Yves Citton s’interroge sur notre régime politique. Ce dernier semble en effet se transformer en mythocratie tout en remplaçant la démocratie. Cela veut dire que notre société serait organisée aujourd’hui, non pas par le peuple, mais par des histoires et des mythes. On peut entendre par mythe trois choses différentes : de simples paroles, des histoires quotidiennes ou des grands récits. Ces histoires et ces mythes sont véhiculés par les médias de masse qui sont des médias capables d’influencer une large audience. La société ne serait fondée aujourd’hui que sur des mensonges et des manipulations dont usent les médias pour que le peuple obéisse. Pour Yves Citton, il faut savoir utiliser les mythes pour qu’ils deviennent des moyens d’émancipation.

L’ouvrage tente également de répondre au rôle politique de la scénarisation qui influence et conditionne les comportements humains. Mais le cœur de l’ouvrage d’Yves Citton est sans aucun doute le récit. Le but du professeur de littérature est de montrer toutes les possibilités du récit, de voir ce qu’il peut produire sur son lecteur, notamment, comment il modifie son esprit, l’incite à penser et oriente ses comportements.

Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche présente différents enjeux mais les principaux sont : la mise en place d’une théorie du pouvoir reposant sur la circulation des récits, le concept de scénarisation qui permet de conduire les conduites sans pour autant être un acte négatif puisqu’il peut aussi amener vers l’émancipation et la liberté, et enfin, la nécessité de re-créer un imaginaire de gauche grâce à des mythes et des histoires enchanteresses. En tant que professeur de littérature, nous comprenons que cet essai possède également une portée littéraire car il s’interroge sur les pouvoirs de la fiction et des récits dans la politique.

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

L'invention de la race, des représentations scientifiques aux (...) Affiche du film Emiliano Zapata Stages Hans Magnus Enzenberg

Visiteurs connectés : 5