Accueil > Actualités > Productions > Fiches de lectures > Frédéric Neyrat, Le terrorisme, un concept piégé.

Frédéric Neyrat, Le terrorisme, un concept piégé.

vendredi 20 mars 2015, par Anaïs Tricha, Annaelle, Julien

 Frédéric Neyrat

Frédéric Neyrat est né en 1968. C’est un philosophe français, ancien directeur de programme au Collège international de philosophie et Docteur en philosophie. Il est également membre du comité de rédaction de la revue Multitudes et de la revue Lignes. Auteur de plusieurs essais (sur Martin Heidegger, Antonin Artaud, Jean-Luc Nancy), il tente de fonder un existentialisme radicalisé sensible aux questions d’écologie politique.
Il est actuellement lecteur dans le département de Littérature Comparée de l’Université de Wisconsin-Madison (USA). Il s’intéresse particulièrement aux questions de politique, d’écologie et de biopolitique.

 Résumé

Frédéric Neyrat explicite dans Le terrorisme, un concept piégé le terme de « terrorisme » pour montrer sa dimension polémique et le fait que c’est une notion loin d’être univoque. Dans ce livre, il explicite le concept même de terrorisme.
Pour cela, il invoque plusieurs auteurs, tels que Gérard Chaliand pour pouvoir comprendre la notion dans son aspect historique, ou encore Jean Baudrillard pour analyser la perception symbolique du processus terroriste. En évoquant ces auteurs, cela permet à Frédéric Neyrat d’exprimer sa thèse selon laquelle le terrorisme est en fait le croisement de la souveraineté et de la globalisation. Dès son introduction, il pose la question en ces termes : « la question du terrorisme nous met face à un vieux dilemme : quel degré de liberté sommes nous prêt à sacrifier pour vivre en sécurité ? Que voulons nous vivre ? Quelles formes de vie les gouvernements proposent-ils aujourd’hui, et quelles sont celles qu’ils prohibent ? » Nous allons ici étudier certains éléments structurant la pensée de Frédéric Neyrat autour de cette notion. Nous procéderons en trois parties qui suivrons chronologiquement le développement de l’ouvrage. Le premier temps traitera de l’aspect organiciste, la seconde partie se focalisera sur la fictionnalité et le symbolisme inhérent au terrorisme mais aussi de son besoin de se justifier. Enfin la troisième partie traitera de la question de la souveraineté et de l’usage politique du terme. .

Partager

Commenter

TAGS

EN IMAGES

Glapieu devant le magasin de costumes (Acte II) Affiche du film Le Sénat canadien Drapeau du Canada

Visiteurs connectés : 0