Faire une licence c’est bien sympa mais, souvent, cela ne suffit pas pour se lancer dans la vie active. Alors, après la Licence Lettre Voie Sciences Po, on fait quoi? A l’occasion des dix ans de la formation, fêtés en septembre 2018, l’association des Anciens de la Licence Voie Sciences Politiques a réalisé une petite enquête afin de nous donner une idée de ce que devenaient les étudiant.e.s après avoir quitté les bancs de la licence.

Un partenariat avec Sciences Po Paris

La licence Lettres Voie Sciences Politiques entretient, depuis sa création, un partenariat avec l’IEP de Sciences Po Paris. Bien que la formation prépare, de manière générale, aux concours de tous les IEP français, ce partenariat peut s’avérer avantageux pour les étudiant.e.s souhaitant intégrer l’IEP parisien.

Le concours d’entrée à Sciences Po Paris niveau Master se présente, désormais, sous la forme d’un examen du dossier de l’étudiant.e suivi, si ce dernier est jugé intéressant par le jury, d’un oral. Le contrat passé avec Sciences Po Paris permet aux étudiant.e.s ayant obtenu une note globale égale ou supérieure à 14/20 (mention bien) à la fin de leur licence, d’être exemptés de l’examen de leur dossier. Ces étudiant.e.s peuvent donc passer directement à l’étape de l’oral. Ainsi, et car de nombreux concours d’entrée en Master sont constitués d’un oral, la formation Lettres Voie Sciences Politiques offre à ses étudiant.e.s un solide entraînement à l’oral avec, notamment, deux stages de prise de parole en première et dernière année. Selon le sondage réalisé par l’asso ALLVSP, en moyenne, plus de 50% des étudiant.e.s de la licence qui ont accédé directement à l’oral ont été admis à l’IEP de Paris.

Sciences Po Paris oui, mais pas que

Sciences Po Paris n’est cependant pas le rêve de tou.te.s les étudiant.e.s de la licence. De plus, même pour celles et ceux qui souhaitent y entrer, cela n’est pas toujours possible. Cependant, pas de panique!  Grâce à son enseignement pluridisciplinaire et intensif, la Licence offre de nombreuses possibilités d’orientation.

Déjà, il y a les autres IEP, qui sont au nombre de dix, puisque la Licence prépare, de manière générale aux concours d’entrée à Sciences Po. Si on regarde les chiffres, un tiers de celles et ceux qui sont passé par la licence Lettres Voie Sciences Politiques ont poursuivi leur parcours scolaire dans un IEP (Paris et autres), avec ou sans mention. De plus, l’enseignement pluridisciplinaire et intensif de la Licence peut s’avérer très utile pour la poursuite des études à l’université ou dans des écoles en France et à l’étranger. Alors, Sciences Po Paris oui, mais pas que!

Quels Masters?

Le problème lors d’une licence pluridisciplinaire, c’est qu’il est compliqué d’être spécialiste dans un domaine. Néanmoins, l’avantage est qu’après, les possibilités de spécialisations sont d’autant plus nombreuses. En effet, les domaines d’études possibles après la Licence Lettres Voie Sciences Politique sont très nombreux. Ainsi, selon les statistiques, si la majorité de nos ancien.ne.s s’est lancée dans des études politiques (relations internationales, affaires publiques etc), ils et elles sont nombreux.ses. (16,3%) à s’être tourné vers la communication, le journalisme et les médias. 11% d’entre eux.elles ont choisi de poursuivre leurs études dans l’art ou la culture et 11% ont effectué un Master dans le domaine des sciences humaines. Certain.e.s décident également de s’orienter vers les métiers supports (gestion), les métiers de l’urbanisme, de l’environnement ou de l’enseignement. De nombreux Masters sont donc à la portée des étudiant.e.s à la sortie de la licence, que ce soit en histoire, sociologie, sciences politiques, droit, numérique ou bien d’autres voies. Conclusion? Il sera dur de faire un choix!

Work, work, work

Pour certain.e.s, une fois commencées les études, difficile de s’arrêter. Pourtant, les statistiques montrent que, cinq ans après la licence, 70% des étudiant.e.s de LVSP ont un emploi et ils.elles sont 83% sept ans après la licence. Alors, de grandes chances d’avoir un métier, oui, mais quel genre de métier?

L’étude de l’association ALLVSP montre que les domaines dans lesquels exercent principalement les diplômé.e.s sont l’éducatif, les métiers supports, la communication et le journalisme, la politique et les relations internationales, la culture, le spectacle, l’urbanisme et l’environnement. Parmi celles et ceux qui sont entrés sur le marché du travail, une majorité a aujourd’hui un emploi stable (les autres étant en CDD ou indépendant.e.s). Ainsi, encore une fois, la diversité est au rendez-vous, tout comme l’emploi!

Rien ne se perd

Il arrive que, les étudiant.e.s, une fois dans la Licence, ne s’y plaisent pas (attrait pour une autre formation, non intérêt pour le contenu des cours, difficultés, etc). Cela n’est pas grave, car la réorientation peut se faire dès la première semaine, à la fin du premier semestre, de la première ou même de la deuxième année! Encore une fois, les possibilités de réorientation sont nombreuses bien que plus ou moins faciles selon les domaines d’études visés. Pourtant, cela ne veut pas dire que le passage dans la licence a été inutile, bien au contraire. En plus des cours, qui apportent des connaissances de cultures générales, la formation apporte d’autres qualités qui peuvent s’avérer utiles tout au cours du parcours scolaire des étudiant.e.s.

Lors de son enquête, l’association des Anciens de la Licences de Lettres Voie Sciences Politiques a demandé aux étudiant.e.s de la licence ce que cette dernière leur avait apporté. En dehors de leurs connaissances, ils et elles estiment que la licence leur a apportés bien d’autres qualités et compétences que les connaissances apprises en cours : entre autres, l’autonomie, la curiosité et l’ouverture d’esprit, la capacité d’argumentation, l’adaptabilité, la solidarité, l’endurance et la pugnacité (lorsqu’étudier devient un combat), l’amour et le sens de l’amitié. Toutes ces qualités, avec ou sans diplômes, construisent les humains et citoyens que nous serons demain. Ainsi, entrer en LVSP, ce n’est jamais une perte de temps.