Rétablir une solidarité que l’on nous apprend à rejeter


Si créer des liens indépendamment de la nationalité, du langage et de l’expérience de vie est aujourd’hui criminalisé en France, alors soyons criminel·le·s

 


QUI SOMMES-NOUS?

Il y a maintenant bientôt deux ans, une poignée d’étudiant.e.s de la formation Lettres Sciences Politiques se sont rassemblé.e.s autour d’un constat: les associations Pictaviennes offrant des cours de français aux personnes en situation de demande d’asile ou ayant obtenu le statut de réfugié.e, sont pour la plupart saturées. En effet, face à l’incompétence des pouvoirs publics à promouvoir un accès simple à l’apprentissage de la langue française, indispensable au processus d’intégration de ces personnes en situation précaire, ce petit groupe d’ami.e.s à décidé de prendre le problème à la racine et d’organiser des cours par elleux-même.

Aujourd’hui, l’association rassemble environ 90 bénévoles pour le même nombre de personnes profitant de cette initiative. De manière à rendre les rencontres moins superficielles dans leurs contenus dans le cadre de l’apprentissage de la langue mais aussi du point de vue relationnel entre les personnes, des petits groupes se rencontrent une à deux fois par semaines, dans l’endroit de leur choix. 

La prise de décision est organisée au sein d’un bureau comprenant différents pôles, composé de sept personnes. Cependant, nous appelons en permanence les autres bénévoles et buddies à développer leurs propres envies, et à prendre en charge des projets qu’iels souhaiteraient voir émerger. La transparence de nos actions est primordiale et bien que cette organisation paraisse divisée en différentes catégories d’acteur.rice.s (bénévoles/buddies/bureau), nous cherchons à développer une association que chacun et chacune aurait la possibilité de s’approprier à sa manière. Ainsi, l’idée de départ de se lancer dans un projet expérimental basé sur l’apprentissage par la pratique, évoluant au rythme des erreurs et des réussites, ne cesse de progresser. 

Les différents pôles sont les suivants :

Il y a d’abord le pôle ‘cours de français’ dont le rôle est de répartir les buddies et les bénévoles en petits groupes. Il s’assure aussi la bonne communication entre tous les groupes et du partage des différents projets.

Le pôle ‘sport’ ensuite se charge de proposer différentes activités pour réunir les buddies et les bénévoles autour du sport. Cours de boxe, stages de hip-hop et course à pied sont au programme, et de nouvelles activités sont créées tout au long de l’année selon la motivation et les idées de chacun-e-s.

 

Cours de hip-hop et breakdance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pôle ‘culture’ a pour objectif d’offrir aux buddies l’occasion d’aller voir des spectacles, des concerts ou des expositions régulièrement et à de très bons prix. Des projets de création comme par exemple celui d’une pièce de théâtre sont également mis en place, avec à la clé une représentation sur scène à la Maison des Etudiants.

 

Concert de Gaël Faye au Centre Socio Culturel de la Blaiserie, Poitiers

 

 

 

 

 

                                                           Atelier percussions avec des bénévoles

 

 

 

 

 

 

Le pôle ‘psychologues’ peut mettre en contact les buddies avec des psychologues bénévoles s’ils en ressentent le besoin. Car s’iels ne sont pas tou-te-s des ‘victimes’ ‘traumatisées’, il ne faut pas oublier que leur parcours ait pu croiser des événements d’une grande violence, et que les conditions de vie qui leur sont imposées ici en France sont également parfois vectrices de grande détresse.

Le pôle ‘travailleuses du sexe’ travaille en collaboration avec Médecins du Monde pour entrer en contact avec les travailleuses du sexe de Poitiers et établir avec elles un lien de confiance. Des cours de français leur sont proposés, à la fois moments de partage et source d’une certaine émancipation par la langue.

Le pôle ‘partenariats’ se charge de faire le lien avec le réseau d’associations de Poitiers. Car être une association, c’est aussi partager son expertise et unir ses forces avec les autres pour permettre une vision plus intégrée et cohérente de l’action. Ensemble, on est plus visibles et plus forts.

 

Cours de français au bar solidaire du Plan B

 

Le pôle ‘communication’ permet de faire connaître l’association. Création d’affiches, montages vidéos, partage de photos et gestion des réseaux sociaux forment les principales tâches de ce pôle essentiel.

N’hésitez pas à cliquer sur ce lien pour une présentation vidéo de l’association !

Buddy System Refugies

Publiée par Buddy System Réfugiés – Page Publique sur Mardi 6 novembre 2018