Un Palais de la Femme à Poitiers

Un Palais de la Femme à Poitiers

© Ouest France.

Les luttes sociales sont multiples et leurs combats peuvent prendre des formes diverses : manifestations, blocages, boycott,… Toutes trois ont pour point commun la réappropriation par les militant.e.s de l’espace public, de façon plus ou moins éphémère. 

Dans le cadre de ce cours, nous nous sommes questionnées sur la façon dont appréhender l’espace public au regard de nos idéaux afin de se réapproprier cet espace physique et sociologique autour d’un projet concret et stable. Cette présentation sera structurée autour des questions posées par Bruno Latour, contre et avec lesquelles nous avons pensé. 

A quoi nous tenons ?

Nous tenons à l’aide aux autres, plus particulièrement au soutien des minorités. Parallèlement, nous menons des luttes féministes intersectionnelles contre le patriarcat qui tue, exclu et stigmatise. En France, selon l’INED (Institut national d’études démographiques), 38% des personnes sans-abri sont des femmes. 48% d’entre elles ont entre 18 et 29 ans.

Palais de la Femme à Paris. © PietondeParis

L’idée nous est alors venue, conformément à nos combats et en constatant ces statistiques, de créer un espace sain et “safe” pour des femmes sans domicile fixe, ou qui se retrouvent sans domicile à la suite de violences subies. 

Nous nous sommes renseignées sur les dispositifs déjà en place, comme le Palais de la femme à Paris, et nous avons estimé important de créer d’autres structures similaires à un niveau local, afin de proposer des solutions décentralisées : tel est l’essence du Palais de la Femme à Poitiers. 

Nous avons ainsi choisi de procéder à un achat plutôt qu’à une occupation illégale d’un établissement pour plusieurs raisons. Nous voulons dans un premier temps agir sur le long terme, tâche difficilement réalisable si occupation il y a, puisque les femmes pourraient potentiellement se faire expulser de l’établissement à tout moment. Ainsi, il nous semble plus judicieux de réhabiliter un lieu dont nous avons la propriété, afin de construire un projet réaliste qui peut durer dans le temps et apporter une aide stable aux femmes accueillies. Concrètement, ce projet d’appropriation urbaine consiste à réhabiliter un bâtiment abandonné en un refuge pour femmes sans-abris et victimes de violences.

Pour qui / contre qui nous nous battons ?

Ce projet a été pensé pour venir en aide aux femmes sans domicile fixe et aux femmes qui ont quitté leur domicile car elles s’y sentaient en insécurité. En France, le nombre des personnes sans-abris est encore alarmant, il nous semblait donc cohérent de leur venir en aide à travers la mise en place de ce projet. Le choix de recentrer le public sur les femmes sans-abris a été évident, compte tenu de nos convictions féministes. Le public visé ne se restreint pas seulement aux femmes sans-abris : les mères sans-abris accompagnées d’enfants peuvent également être prises en charge par nos locaux. 

Le Palais de la Femme à Poitiers est un établissement dédié à l’accueil, l’hébergement, la prévention de l’exclusion sociale et à l’insertion. L’établissement principal se situe à côté de la Gare de Poitiers. Il comprend douze chambres et six salles de bain. Dans chaque chambre se trouve un lit double et un lit simple. Il est donc possible pour une femme de dormir dans la même chambre que ses enfants. En outre, si les femmes le souhaitent, elles peuvent partager une chambre. Cela permettrait de libérer de la place pour accueillir plus de femmes et nous pensons également que cela serait un moyen de créer des liens forts. Cependant, cette potentielle cohabitation ne sera en aucun cas imposée car notre première revendication est la liberté de choix et d’opinion de chacun.e. L’établissement comprend également des pièces communes telles qu’une cuisine, une salle à manger et une salle de jeu.

En plus d’être une structure d’accueil, Le Palais de la Femme à Poitiers propose différentes aides au sein de ses bureaux, second lieu du Palais de la Femme dans le centre ville de Poitiers, rue des Carmélites. Parmi les bâtiments disponibles à la vente, nous n’avons malheureusement pas trouvé de structure suffisamment spacieuse comme le Palais de la Femme à Paris afin de concilier tous nos objectifs, raison pour laquelle nous devons deviser le Palais de la Femme de Poitiers. Le trajet entre les deux bâtiments peut être effectué à pied en 10 min et les femmes aidées peuvent être accompagnées par le personnel. Une psychologue sera notamment affiliée à l’établissement pour que les femmes accueillies puissent bénéficier d’un soutien émotionnel pour les aider à s’insérer socialement de la meilleure manière possible. Il est également possible pour les femmes hébergées de bénéficier d’un suivi médical. Pour cela, une gynécologue, une médecin généraliste et deux infirmières disposent de cabinets au sein de l’établissement. Trois assistantes sociales qualifiées font également partie de l’établissement, afin d’orienter les femmes dans leurs démarches administratives et notamment les aiguiller pour qu’elles puissent bénéficier d’aides. Ces assistantes sociales peuvent prodiguer un soutien scolaire aux enfants et aux femmes souhaitant suivre des études, chercher une formation ou travailler. Une comptable gère la gestion des finances. Enfin, un personnel de nuit est présent sur les lieux afin de prendre en charge de potentielles urgences. Tout ce personnel est en non-mixité choisie. Il nous semble primordial de faire le nécessaire pour que les femmes que nous accueillons se sentent le plus en sécurité possible, car les violences subies par ces femmes proviennent en grande majorité des hommes. Les Assistantes sociales sont les seules à travailler à plein temps et ont à ce titre leurs bureaux attitrés dans l’Open Space. Les autres membres du personnel sont en temps partiels et se partagent donc les autres bureaux.

Nous avons imaginé les plans de rénovation des deux bâtiments composant le Palais de la Femme de Poitiers. Cliquez ici pour consulter le plan en 3D du Lieu de Vie. Cliquez là pour consulter le plan en 3D des Bureaux. Cliquez sur “ouvrir le projet” pour une modélisation en différentes dimensions et à différentes échelles.

Exemple d’un planning d’une semaine-type

LUNMARMERJEUVENSAMDIM
PsyXXX
GynXX
MédXX
InfXXX
InfXXXX
ASXXXXX
ASXXXXX
ASXXXXX
CompXXXX

Les principaux objectifs du Palais de la femme à Poitiers sont les suivants : 

  • créer un espace safe pour les femmes sans-abris
  • avoir le personnel nécessaire pour être en capacité de les aider dans toutes les démarches qu’elles souhaitent faire
  • au-delà d’être un lieu matériel, le Palais de la femme à Poitiers est un lieu où les femmes doivent se sentir écoutées, légitimes et en sécurité.

Nos dépendances ?

Achat BâtimentsTravaux d’aménagementMeublesDécoration
Bureau2650007000080004000
Lieu de vie37200090000100006000
TOTAL6370001600001800010000
COÛTS TOTAUX825000
Coûts de construction et d’aménagement (euros)

Ce coût est basé sur des estimations notamment grâce aux aperçus des projets sur HomeByMe. Nous avons également effectué des projets d’estimations sur le site Hemea.com. Il s’agissait de décrire les lieux précisément (surfaces, pièces souhaitées) et de définir le nombre et la nature des prestations : démolition des cloisons, remplacement des sols, installation de la plomberie, aménagement de l’électricité, mise en place de la ventilation, peinture des plaintes et des murs, ainsi que le coût du chantier global (installation en amont et nettoyage en aval). Ci-contre l’exemple du projet d’estimation pour les bureaux.

Nous n’avons pas réussi à visiter les bâtiments, nous nous sommes donc uniquement basées sur des conjectures (raison pour laquelle le budget prévisionnel établi est plus important que celui conseillé par le site). 

A cela doit s’ajouter le montant des salaires prévisionnels des différents employés. 

Il n’y aurait pas d’entrées régulières car l’espace de vie est habité gratuitement. Le Palais de la Femme vivra donc principalement des collectes de dons, des partenariats et des campagnes de soutien.

Avec qui doit-on collaborer ?

Dans le cadre de notre projet, il nous tient à cœur de s’inscrire dans une dynamique locale. Il est en effet important pour nous de travailler avec différentes structures déjà implantées sur le territoire et qui peuvent donc nous apporter leur expertise et leur expérience de terrain afin de compléter les compétences dont le Palais de la Femme disposera déjà. Il s’agit de créer une véritable collaboration entre notre structure et les organismes et aides présentes au sein de la Ville de Poitiers du Département de la Vienne. 

L’idée est de partager les ressources avec les différentes échelles des collectivités territoriales et locales : la ville, le département, et la région, dans le but d’obtenir un soutien financier mais aussi des ressources humaines et techniques indispensables à la bonne mise en œuvre de ce projet et de sa pérennité. 

Ainsi, nous avons pensé à plusieurs associations avec lesquelles nous pourrions nous affilier : 

  • l’association Buddy System Réfugié, qui nous permettrait de fournir des cours de français pour les femmes dans le besoin, une aide administrative et plus généralement un accompagnement bénévole qui permettrait aux femmes aidées de se sociabiliser
  • le CIDFF, qui permettrait d’apporter une veille juridique, des conseils et un soutien pédagogique spécialisé sur toutes les questions de violences sexistes et sexuelles
  • le Planning Familial pour ses services de santé et d’éducation sexuelle
  • Les différents centres sociaux de Poitiers comme La Maison des 3 Quartiers (M3Q), qui permettraient de faire bénéficier les femmes aidées de ces lieux de rencontres et d’effervescence culturelle.
  • Les différentes associations féministes de Poitiers afin d’offrir aux femmes aidées des sensibilisations sur leurs situations respectives

Ce qui dépend de nous (qui/quoi) ?

Blanche Peyron, Fondatrice du Palais de la Femme à Paris. © Wikipédia

Le Palais de la Femme à Poitiers permettra donc de venir en aide aux femmes précaires en leur apportant un logement et en leur donnant accès à un réseau d’entraide et d’éducation. Ce projet porte la volonté d’aider ces femmes à prendre confiance en elles et en leurs capacités afin de les mener vers une vie d’indépendance, libérées des violences physiques et psychologiques tout en ayant la force d’affronter les difficultés de la vie.  

Construit en lien avec des associations locales et investies dans la cause féministe, ce projet humaniste serait bénéfique à la fois aux personnes soutenant le projet, en leur apportant un autre vecteur d’action et une autre expérience, et aux femmes aidées pour lesquelles il permettrait de retrouver un équilibre.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.