Judith Migny/ novembre 29, 2018/ Pulsar

chronique du vendredi 4 octobre 2018

C’est parti, parlons déchets ! Parlons consommation, recyclage, biodégradable… Mais si ça va être fun, vous allez voir. Ou utile au moins. Enfin restez c’est quand même vachement important. Oui les déchets c’est important. On dirait pas comme ça, parce que c’est le truc qu’on jette justement. Mais le truc qu’on jette, il va où ? Parce que il y a une différence entre les déchets, c’est pas tous les mêmes. Un peu comme les cons quoi, y’a des catégories. Y’a les biodégradables, ceux qui disparaissent (les déchets pour le coup, hein, pas les cons), les recyclables, ceux qu’on va pouvoir réutiliser sous une autre forme, et puis tous les autres, qui doivent être triés, ou pas. Tous ces déchets là c’est le problème numéro un. Mais aujourd’hui j’aimerai vous parler des déchets biodégradables.

Ah non attendez, j’oubliais, le point poubelles ! J’espère que vous mettez bien vos déchets recyclables, (cad bouteilles vides, conserves, cartons) dans les sacs poubelles transparents donnés par la ville de Poitiers et non dans vos déchets ménagers hein ? Sinon c’est les poubelles jaunes pour ceux qui n’habitent pas dans le centre. C’est hyper important, parce que les matières recyclables, c’est clairement dommage de ne pas les utiliser plusieurs fois et de les mettre avec les déchets non-recyclables. Et si vous n’êtes pas sur.e.s il y a des petits logos sur les contenants pour vous aider à jeter correctement vos déchets. Et pour tous les étudiant.e.s qui se retrouvent avec une table couverte de cadavres de bières ou autres alcools le vendredi matin, j’espère que vous allez les jeter dans le conteneur à verre proche de chez vous. Vous pouvez trouver la carte des emplacements de ces bornes super facilement sur internet.

Alala je peux pas m’en empêcher, quand j’parle de déchets je m’emporte, j’en oubli ce que je voulais dire à l’origine. Normalement je voulais vous parler de tous le biodégradable, c’est-à-dire en gros les reste alimentaires, les épluchures, les coques d’œufs… Ca normalement c’est ce qui est facile à gérer, parce que avec un composteur, hop tout se transforme en terreau et le cercle vertueux de la nature reprend place. D’ailleurs les composteurs sont de plus en plus utilisés dans les jardins et ça c’est vraiment cool. Mais il y a aussi d’autres initiatives alternatives, comme par exemple, adopter des poules ! Les poules ça bouffe de tout, ça tient compagnie, enfin ça apporte une présence vivante disons, et c’est pas hyper compliqué à gérer. Par exemple à Buxerolle, une commune au Nord de Poitiers, une initiative de ce type a été lancée par le conseil communal des jeunes. Afin de réduire leur production de déchets verts, ils proposent à 20 familles de la communes d’acquérir 2 poules (parce que une poule, même si c’est vraiment bête, ça s’ennuie) afin de gérer aux-mêmes leurs biodéchets ! Je trouve l’initiative plutôt cool, écolo, et en plus proposée par des jeunes, comme quoi la sensibilisation ça a du bon finalement.

J’espère que ce genre d’aides vont continuer à être soutenues par les communes et les villes afin d’encourager les foyers à trier leur déchets et à recycler eux-mêmes ceux qu’ils peuvent. Parce que chaque année en France, un habitant produit 354 kg de déchets ménager, sans compter les déchets verts. Et ça c’est sans compter les déchets professionnels. Parce que si on inclut les industries, l’agriculture, le BTP, on monte à 13,8 tonnes de déchets par an (par habitants), d’après l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Mais la bonne nouvelle, c’est que déjà, recycler ses déchets verts, et bien c’est s’occuper de 14 % des déchets produits en France, et ça c’est quand même pas négligeable ! Alors mes amis, triez !

Judith Migny

Radio Pulsar

Share this Post