Judith Migny/ novembre 29, 2018/ Pulsar

chronique du vendredi 26 octobre 2018

Je tousse, tu tousses, iel tousse… 

La pollution, je vous en ai déjà un peu parlé il me semble. Enfin juste un peu. Je m’étais même moqué de Dom et de sa pollution personnelle. Quand on aborde l’écologie en même temps, pas le choix. Enfin pas de parler de Dom hein. De pollution je veux dire.

Bref, la pollution, ça m’inspire. Peut être parce que j’ai déjà vécu dans des pays hyper pollués. Et quand on respire des gaz toxiques, on le sent bien je vous promet. En Corée du sud par exemple, il y a la tempête de sable jaune. Il y a même une page Wikipédia pour ça. Ça se passe vers le printemps, et c’est…HO-RRIBLE. Cette poussière vient du désert de Gobi (en Mongolie) à l’origine, mais le vent qui la transporte prend tout sur son passage. Et tout, ça veut surtout dire des trucs toxiques et de la pollution. Si bien que l’air devient totalement irrespirable au début du printemps. Les voitures sont même couvertes d’une fine pellicule jaune certains jours. Beurk. Et j’ai respiré ça. Nickel.

Et puis après j’ai eu la bonne idée de réitérer l’expérience. Vivre à la campagne toute mon enfance c’était trop facile pour mes poumons. Un peu d’exercice ça fait pas de mal. Se confronter au monde réel. Pour le coup, en Pologne, le monde réel je l’ai bien senti. Et là c’était pas le faute des voisins (comme en Corée avec les Chinois). Non là c’est juste les grosses centrales électriques et surtout l’industrie du charbon qui te font tousser tout l’hiver. Donc en plus de l’écharpe, des gants, du bonnet et toute la panoplie, faut acheter un masque. Remarque l’industrie du masque ça rapporte peut-être à l’État. Suffit qu’ils fassent comme les clopes en France et hop, c’est parti pour accompagner les gens dans leur mort en créant un peu d’argent derrière. Après tout pourquoi pas. La pollution, c’est pas siiiii différent de la cigarette. Mouais, bof l’argument.

Faut-il donc arrêter de sortir et se renferment dans une ferme vendéenne jusqu’à sa mort ? Bon déjà je serais vous je choisirai pas une ferme vendéenne. Roh ça va je rigole. Non mais vraiment le faite pas hein. Parce que y’a quand même des solutions. Bon déjà il y a les énergies alternatives. Ou renouvelables si vous préférez. Et surtout les attitudes écologiques. Je veux dire le vélo, les transports en communs… Tout ce qui rend votre vie un peu moins confortable et individualiste, oui oui. Dites vous que faire ça c’est un peu comme avoir vingts ans finalement (et ne pas avoir d’argent pour s’acheter une voiture en gros quoi).

Mais j’ai surtout entendu parler d’une potentielle future loi il y a peu. Une loi qui réduirait le nombre de voitures, et donc la circulation dans les villes. Mettre des sortes de péages à l’entrée des villes. Apparemment ça compterait les voitures. Et à chaque passage, les automobilistes devront payer. Donc à la fin du mois, petite facture sympa du nombre de fois qu’on aura intenté à la vie de la planète, bim. A Poitiers, ça permettrait peut-être de rendre la circulation un peu moins difficile aux heures pointes. Et encore c’est que Poitiers hein. Mais déjà, quand on est en vélo et qu’il faut partager la route avec des automobilistes qui attendent dans des bouchons, j’vous jure que c’est pas simple.

Je ne sais pas si cette solution pourrait, à long terme, être bénéfique. Mais ce que je sais c’est que rien ne peut être pire que ce que l’on fait aujourd’hui. Alors n’importe quelle solution peut être intéressante à tester après tout. Les amis, rangez vos clés de voitures dès que vous le pouvez, et prenez un peu de temps pour réfléchir aux solutions moins polluantes, elles sont PAR-TOUT !

Judith Migny

Radio Pulsar

Share this Post